[Documentaire] Avec les Vivantes: en finir avec les violences faites aux femmes

Le 25 novembre marque la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Chaque année, plus de 220 000 femmes sont victimes de violences infligées par un conjoint ou ex-conjoint en France. Les sévices ont souvent lieu dans l’intimité des foyers mais ils revêtent aussi de multiples formes en dehors: coups, viols, mutilations sexuelles, séquestrations… Jusqu’au féminicide. En 2019, plus de 150 femmes ont ainsi été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire. Pendant un an, j’ai suivi quatre femmes qui luttent pour que les choses changent. 

Voir mon documentaire ici

Fabienne Boulard est major de police dans les Yvelines, à l’ouest de Paris. Depuis près de dix ans, elle anime des formations auprès de ses collègues, stagiaires policiers ou professionnels confirmés, pour mieux prendre en charge les victimes de violences conjugales. Qu’il s’agisse de sensibiliser à l’accueil au commissariat ou lors d’interventions au domicile, cette policière chevronnée combat les stéréotypes intégrés par son propre corps de métier. Elle travaille également avec les associations et les hôpitaux de son département pour améliorer la prise en charge globale des victimes.

Isabelle Steyer, elle, est avocate au barreau de Paris. Depuis sa prestation de serment, il y a vingt-sept ans, elle s’est fixé un objectif ambitieux : protéger et défendre les femmes et les enfants victimes de violences et améliorer les textes de loi pour que cesse l’impunité accordée aux auteurs.

De son côté, Louise est interne de gynécologie-obstétrique et de médecine légale à l’hôpital de Rennes, en Bretagne. Sensible au sujet des violences auxquelles elle est confrontée au quotidien, elle a décidé d’effectuer son stage de six mois à la Maison des Femmes de Saint-Denis, au nord de Paris. Ce lieu unique en France permet une prise en charge globale des victimes : médicale, psychologique et sociale. Elle a un objectif en tête : monter une structure similaire dans l’hôpital dans lequel elle effectue son internat.

Julie, enfin, est militante et fait partie du mouvement des collages contre les féminicides. Né en 2019, ce réseau a fait pousser des messages chocs sur les murs de toute la France. Son but : faire en sorte que les femmes se réapproprient l’espace public – pour beaucoup synonyme de harcèlement de rue ou d’agressions –, et alerter les citoyens et les institutions sur la pluralité des violences subies par les femmes et les personnes discriminées. 

Pendant près d’un an, j’ai suivi ces quatre femmes pour France 24. Chacune à leur échelle, elles luttent pour que les choses changent. Découvrez le récit de leur quotidien dans ce premier documentaire disponible en quatre langues.

[Live in English] « A la carte » – France 24

2020, a year full of challenges….

First live in English (rough night) but it didn’t go that bad…

William asked me some questions about my documentary called « Avec les Vivantes » and I tried my best to answer him without falling off my chair.

Please, pretend it’s a podcast though. Don’t look at my face (no make up artist, no hairstylist). Thanks 🙏

About the film:

English title: « Protect the living, Honour the dead »

Broadcasted on France 24, November 21st.

9.15pm (Paris time)

Filmed and directed by Mélina Huet.

Edited by : Mélina Huet & Sébastien Eppinger.

Produced by: Yemaya

Colourist: Stéphane Azouze-Cardin

[Intervention en direct] Dans les coulisses du documentaire « Avec les Vivantes »

Pour France 24 et pendant près d’un an, j’ai suivi quatre femmes qui luttent pour que les violences de genre ne soient plus une fatalité. Ce jeudi 19 novembre, j’étais conviée dans l’émission en direct « Sur le terrain » pour évoquer les coulisses de ce documentaire qui met en lumière le travail de Fabienne, Isabelle, Louise et Julie.

Avec les Vivantes

Diffusé le samedi 21 novembre 2020 à 21h15 sur France 24. Disponible ensuite en replay en quatre langues (français, anglais, arabe et espagnol).

Film documentaire de 38 minutes.

Ecrit et réalisé par Mélina Huet

Images : Mélina Huet

Montage : Mélina Huet, Sébastien Eppinger

Etalonnage : Stéphane Azouze-Cardin

Production : Yemaya Productions

[Reportage Focus] « Naufrage des enfants »: 6 ans après, la marine italienne sur le banc des accusés

Un long travail d’enquête de ma consœur Natalia Mendoza pour retrouver des rescapé·es de ce naufrage.
Et ma modeste contribution pour mettre des images sur le drame humain vécu par ces centaines de personnes en 2013… et autant de familles depuis.

Première production en tant que journaliste indépendante pour mon ancienne chaîne donc.

« Naufrage des enfants » : 6 ans après, la marine italienne sur le banc des accusés.

Un procès inédit s’ouvre ce mardi à Rome, en Italie. Deux officiers de la marine militaire et des garde-côtes sont accusés d’homicide involontaire et de non-assistance à personne en danger.

Le 11 octobre 2013, un bateau de migrants syriens coulait en Méditerranée – faisant 268 morts ou disparus, dont 68 enfants. Alertées plusieurs fois au téléphone par les passagers eux-mêmes, les autorités italiennes sont accusées d’avoir plus que tardé à envoyer les secours. Enquête de Natalia Mendoza, Juliette Dubois, Lorenza Pensa et Mélina Huet.

[Direct] Espagne: «La Meute» condamnée à 15 ans de prison pour viol

 

La plus haute instance judiciaire espagnole a condamné ce vendredi à 15 ans de prison pour viol cinq hommes ayant abusé d’une jeune femme dans une affaire qui avait été le détonateur d’une grande mobilisation féministe.

Rappel des faits dans ma chronique d’il y a un an:

[Reportage FOCUS] Face à la désertification en Espagne, la résistance s’organise

Reportage diffusé le 31 mai sur France 24.

Images, écriture, montage: Mélina Huet

En Espagne, l’avancée du désert est un phénomène dont on parle peu. En silence, d’année en année, l’érosion des sols dévore de plus en plus les cultures et la végétation. Si rien n’est fait, deux tiers du territoire espagnol sera converti en désert d’ici à 2090. Certains ont décidé de fuir vers les villes à la recherche d’un avenir meilleur, d’autres de se battre. Dans le sud, les initiatives se multiplient pour inverser cette destruction croissante de la biodiversité.

[Motion design] Gibraltar: entre l’Espagne et le Royaume-Uni, l’enfant disputé du Brexit

Deuxième motion design réalisé pour France 24 il y a plusieurs semaines.

Les Gibraltariens votaient pour les élections européennes ce jeudi, il a donc été diffusé hier.
Pourquoi Gibraltar est-il un joyeux casse-tête qui oppose l’Espagne et le Royaume-Uni depuis des décennies? Et en quoi le Brexit a-t-il ravivé les tensions?

Encore une fois, pas de signature mais oui, c’est bien mon travail (à base de tablette graphique, Photoshop, Motion, Final cut et beaucoup de patience)

La version anglaise a nécessité que je change l’animation de fin:

As the British parliament continues in vain to reach a deal on Brexit, we often forget about another British territory where the divorce from Brussels will be deeply felt. Out in the Iberican peninsula, Gibraltar is at the heart of talks between the UK and Spain about post-Brexit relations:

 

Version française:

[Débat France 24] Au lendemain des élections générales en Espagne

En Espagne, le chef de gouvernement Pedro Sanchez a remporté les législatives avec 29% des voix : le Parti socialiste obtient 123 sièges – un score insuffisant pour disposer d’une majorité absolue. Le Parti populaire perd, lui, la moitié de ses sièges, tandis que le parti d’extrême droite Vox fait son entrée au Parlement avec 24 députés. Comment expliquer la montée de l’extrême droite, 40 ans après la dictature de Franco ? Pedro Sánchez va-t-il pouvoir gouverner sans majorité absolue ? J’intervenais en direct depuis Madrid dans le débat du jour sur France 24:

[Reportage France 24] En Espagne, Vox, le petit parti d’extrême droite, monte

Dans moins d’un mois se tiendront des élections générales anticipées en Espagne. Convoquées par le chef du gouvernement socialiste Pedro Sanchez, après l’échec du vote du budget, ce scrutin verrait l’entrée de l’extrême droite au Parlement national avec le parti Vox. Ce serait la première fois en 40 ans de démocratie, dans un pays qui a connu quatre décennies de dictature franquiste.

Quasi inexistant dans le jeu politique espagnol depuis sa création en 2013, le parti Vox a fait son entrée surprise au Parlement andalou avec 12 députés élus en décembre 2018. Entre nationalisme, contrôle de l’immigration ou encore antiféminisme, qu’est ce qui séduit de plus en plus d’Espagnols dans le programme de Vox ? Comment a-t-il percé les bastions de gauche andalous ? Voyez le reportage que j’ai réalisé pour France 24.